Cloud

Les services en nuage permettent une mise en œuvre plus rapide et agile des projets innovants de l’administration, qui peut de cette manière proposer des services efficaces aux citoyens, aux entreprises, au domaine de la formation, aux milieux scientifiques et aux autorités. Ce type de services informatiques est mis librement à la disposition de tous par les prestataires (par ex. Microsoft, Google, Dropbox, etc.).

Besoin croissant de services en nuage

Certaines unités administratives ont déjà recours à l’informatique en nuage pour produire et proposer des prestations (par ex. Swisstopo pour ses services cartographiques). Comme l’a montré une enquête menée en automne 2019 par l’Unité de pilotage informatique de la Confédération (UPIC), l’utilisation de services en nuage répond à un besoin croissant des départements et de la Chancellerie fédérale (ChF). En outre, de plus en plus de services informatiques sont à présent proposés exclusivement en nuage (par ex. Microsoft 365, SAP HR).

L’informatique en nuage constitue par conséquent un élément important pour le développement des plateformes et des infrastructures nécessaires à la transformation numérique de l’administration fédérale. En plus des nuages, ces infrastructures comprennent également la fourniture de services d’infrastructure provenant des centres de calcul de l’administration fédérale.

Stratégie d’informatique en nuage de l’administration fédérale

L’élaboration de principes de base est nécessaire à une utilisation cohérente et sûre des services en nuage. Pour éviter que la ChF, les départements et les offices établissent chacun leurs propres principes, l’UPIC a travaillé en étroite collaboration avec la ChF et les départements, et élaboré une stratégie commune concernant l’informatique en nuage.

Comme il s’agit d’un choix stratégique pour les futures prestations informatiques visant à soutenir et à accélérer la transformation numérique de l’administration fédérale, la stratégie a été soumise au Conseil fédéral à la fin de l’année 2020.

Stratégie d’informatique en nuage 

Il ne faut pas confondre la question du nuage informatique suisse « Swiss Cloud » et le marché public « Public Clouds Confédération » (OMC-20007). Tandis que « Public Clouds Confédération » est une acquisition au profit de l’administration fédérale centralisée et décentralisée, « Swiss Cloud » s’adresse aux milieux économiques et scientifiques et aux administrations et organisations d’intervention aux trois niveaux de l’État.
 

Swiss Cloud

Une enquête réalisée en 2020 a conclu que la nécessité d’un « Swiss Cloud » sous la forme d’une infrastructure technologique indépendante de droit public et comme facteur de succès pour la Suisse n’était pas démontrée. En revanche, la création d’un label « Swiss Cloud » pour une utilisation sûre des services en nuage et qui remplisse des exigences particulières en matière de souveraineté numérique est largement approuvée. Il faut cependant clarifier certains points juridiques et des questions telles que la participation de la Suisse aux initiatives européennes en matière d’informatique en nuage, le développement de services de base communs dans ce domaine pour l’Administration numérique suisse et la garantie de l’immunité des données pour les organisations internationales.

Le Conseil fédéral entend s’appuyer sur les résultats de cette enquête pour approfondir certains aspects qui peuvent profiter à notre pays, parmi lesquels la mise en place d’un système de certification pour les services en nuage, la définition des besoins de prestations capables de résister aux crises, la question de l’interconnexion internationale et la position de la Suisse en tant que pays où les données sont conservées.

Les représentants concernés des milieux économiques et scientifiques, des organisations d’intervention et de l’administration publique manifestent un vif intérêt pour un « Swiss Cloud » sous forme de label pour une utilisation sûre des services en nuage et qui remplisse des exigences particulières en matière de souveraineté numérique.

Il est aussi nécessaire de se pencher sur la question de la participation de la Suisse à des initiatives européennes telles que GAIA-X, sur la possibilité de garantir l’immunité des données pour les organisations internationales et sur le développement de services de base communs pour l’Administration numérique suisse. Il faut également aborder diverses questions concernant le droit et la réglementation.

https://www.bk.admin.ch/content/bk/fr/home/digitale-transformation-ikt-lenkung/bundesarchitektur/cloud.html